« OPINIONITE » AIGÜE, l’autre pandémie

Une opinion n’est pas

une vérité, ni une nouvelle, ni un fait

De nos jours, arrivez-vous à repérer des espaces où il est important et encouragé de différencier les opinions des affirmations basées sur des faits prouvés, ces vérités qui peuvent être vérifiées (non argumentées)? Vous serez peut-être d’accord parce qu’à un moment ou un autre dans votre vie, vous aurez été tristement témoin privilégié d’une scène et constaté que de former des opinions sur des personnes ou des situations encouragent différents niveaux d’injustice qui n’ont pas de base solide ou de fondement valable.

L’avènement d’Internet a profondément transformé la notion d’opinion publique ou plus exactement les modes de fabrication ce qu’on nomme « opinion publique ». Je vous invite à visualiser une vidéo qui met en scène cette opinion publique, afin que nous puissions entamer une réflexion en commun.

Autrement,  si l’espace public est contaminé, nous pourrions l’assainir. Comment? Ne laissons pas le contrôle de la discussion aux populistes et aux démagogues. Ce qui n’est possible que si les médias prennent leur rôle au sérieux (les médias sociaux sont-ils sérieux?), que les citoyens ne cèdent pas devant leur devoir civique et que les politiciens donnent l’exemple en élevant leur niveau de discours parce qu’ils auront pris le temps de réfléchir avec discernement. C’est un peu comme le défi environnemental: la solution réside dans une prise de conscience générale et des efforts collectifs.

Qu’arrive-t-il aux personnes qui tombent dans ce piège ?

Ces personnes supposent que la réalité doit correspondre à la façon dont elles la perçoivent, de sorte que les autres devraient perçoir la même chose. En tout état de cause, si les autres ne le font pas, il s’agirait de distorsions de la perception des premiers, non des seconds.

Ces mêmes individus se retrouvent dès lors pris au piège dans cette stagnation qui empêche leur adaptation à d’autres formes de pensée (modèles mentaux). Elles ont besoin d’avoir raison pour se sentir en sécurité et protégées… Ce besoin devient parfois impérieux et fait que des désaccords rationnels se transforment en discussions très vives et sans aucun sens.

Un des moyens pour contrer les opinions stériles consiste en la pratique de la réflexion à visée réflexive, en d’autres mots, la pratique de la philosophie (pour enfants, au mieux). Cette pratique consiste à déployer plusieurs habiletés cognitives et affectives afin de dépasser l’opinion et miser une pensée autonome et collective. Terminons sur un élément factuel qui est porteur : éduquer la penser c’est une pratique soutenue par l’UNESCO.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.