Blog

Histoire De Penser des relations durables

Communiqué de presse

Histoire De Penser des relations durables

La FADOQ Centre-du-Québec annonce un projet intergénérationnel

Soutenu par le Ministère de la Santé et des Services sociaux dans le cadre du programme QADA (Québec Ami des Aînés)

Victoriaville, le 4 mars 2020 : Le regroupement de la FADOQ vise à développer des activités et offrir des programmes pour les aînés afin de mener à bien chacune de ses visées et contribuer ainsi au mieux- être de ses membres et par rayonnement régional à celui de la communauté.

DESCRIPTION SOMMAIRE DU PROJET : HISTOIRE DE PENSER DES RELATIONS DURABLES

Les ateliers Histoire De Penser des relations durables sont ces lieux de rencontres stimulantes pouvant réunir des personnes de tous âges et de tous horizons  afin  qu’elles  se  posent ensemble des questions qui les touchent et les intriguent. C’est aussi une autre approche de la discussion dans laquelle les participants sont des co-chercheurs  qui collaborent pour trouver ensemble des réponses aux questions qui les intéressent. Le déploiement du projet sera assuré par Madame Caroline Mc Carthy, chargée de projet et spécialiste en éducation, plus particulièrement en éducation de la pratique de la pensée réflexive. Elle s’intéresse notamment dans ses travaux de recherche à l’éducation des émotions, c’est-à-dire au développement des compétences émotionnelles en liens avec la pratique proposée au sein même du projet Histoire De Penser des relations durables.

Les 65 clubs de la FADOQ régionale sont invités à collaborer avec les écoles primaires et secondaires de leur municipalité, accompagnés de la chargée de projet afin de pouvoir accueillir ces ateliers. Les activités d’animation à travers le Centre-du-Québec débuteront dès l’automne 2020 et se poursuivront jusqu’à l’hiver 2021 selon l’échéancier initiale.

« Le potentiel des espaces éducationnels et communautaires comme lieux de contacts entre les générations mérite d’être mieux exploité. La création de liens intergénérationnels est un défi, et des mesures particulières peuvent être mises en œuvre pour entraîner des rencontres significatives, qui dépassent le simple côtoiement. »

« Les stéréotypes et les préjugés sont parmi les plus importants obstacles à une meilleure solidarité entre les générations. Il existe pourtant des solutions concrètes pour rapprocher les générations et redéfinir nos conceptions des différentes périodes de la vie, tout particulièrement notre rapport à la vieillesse et le développement du volet intergénérationnel apparaît à toutes les qualités pouvant invitant à multiplier les opportunités d’interactions entre jeunes et moins jeunes. Ces moments de rencontre permettent de construire des ponts entre les générations, de nouer des liens entre des gens d’âges différents, et de renforcer la compréhension de l’autre. »

Caroline Mc Carthy, c. M. Éd.

Le développement de cette activité intergénérationnelle répondra à de multiples finalités, soit la participation à travers le dialogue à la cohésion sociale, à la prévention, à la gestion des conflits et à l’amélioration de la communication entre les personnes au sein de la communauté dont elles sont issues et entre les générations.

Aussi, les impacts pivots tournent autour de la santé psychologique et du mieux-être des participants parce que les ateliers invitent directement à acquérir une meilleure estime de soi et un sentiment d’appartenance qui se rallie à celui d’utilité et de reconnaissance. Enfin, le plaisir d’échanger et de réfléchir à travers un processus éprouvé regardant des thématiques qui sont au cœur de l’expérience humaine est un objectif primordial. Les enjeux principaux sont notamment : l’apprentissage du dialogue délibératif, le développement des habiletés de penser, la prévention et la gestion de conflits, le développement des compétences émotionnelles.

De plus, le caractère émergent des enjeux et des applications de cette activité pave la voie à un large éventail de projets impliquant non seulement les aînés et les enfants qui y participeront, mais aussi leur famille. Autant de perspectives nouvelles qui, au demeurant, s’inscrivent tout à fait sur le socle du développement durable et cette activité escompte la rencontre de la diversité, le questionnement et le développement de la pensée critique, créative et attentive, la recherche en commun, la collaboration et plus encore.

Il est à noter que cette pratique est reconnue par l’UNESCO comme un outil, un moyen important pour la prévention de la violence et l’éducation à la paix.

%d blogueurs aiment cette page :